R.L. : On compte sans dépenser !

à lire dans le Républicain Lorrain du dimanche 11 octobre 2015

Patrice Bourcet, maire : « On compte sans dépenser ! »

Maire de Mey depuis 2014, Patrice Bourcet s’est retrouvé confronté à une situation financière ardue. Les emprunts renégociés, la commune cherche d’autres ressources et parie sur un futur quartier.

 
Installé à Mey depuis 1992, Patrice Bourcet s’est investi dès 1995 dans la vie de la commune, en rejoignant la liste de Maurice Berton, décédé récemment. Conseiller municipal, puis second adjoint de 2007 à 2014, il a été élu maire en 2014.
Pourquoi vous être présenté en 2014 ?
Patrice BOURCET : « Je souhaitais continuer à m’investir dans Metz Métropole et oeuvrer pour Mey qui ne peut rien sans son grand frère. »
Comment avez-vous constitué votre liste ?
« Les habitants n’avaient pas connaissance de la situation délicate dans laquelle se trouvait la trésorerie de Mey. Suite à ma lettre ouverte aux Meyens, quatorze personnes se sont présentées représentant l’ensemble du village. Après les élections, nous avons découvert une longue liste de factures impayées. J’aime à dire que mon prédécesseur a dépensé sans compter. Moi, jesuis obligé de compter sans dépenser!»
Parlons finances…
« Mey n’a plus aucune réserve de trésorerie. Après les élections, nous pouvions régler les dépenses courantes. Pour le reste, c’est avec patience et détermination que nous avons obtenu des fractionnements et des reports. En 2014, Mey n’a fait aucun investissement. Malgré nos nombreuses démarches nous n’avons qu’une avance de trésorerie débloquée par le préfet. »
Comment allez-vous pallier la baisse des dotations ?
« Cette baisse est de 30 % sur trois ans. Si on veut la compenser par une revalorisation de la fiscalité, cela représente pour nos concitoyens une augmentation de 15 % d’impôts sur trois ans. C’est d’autant plus injuste que l’une de nos rares marges de manoeuvre consiste à réduire le coût de l’éclairage public en pratiquant une extinction nocturne.»
Avez-vous d’autres solutions ?
« En 2015, nous avons réorganisé notre principal emprunt. Nous en avons augmenté le montant, tout en allongeant la période de remboursement. La charge est restée stable pour la commune. Nous avons réglé une partie de la créance envers Nouilly (règlement de la liaison douce Vantoux-Mey-Nouilly). Le terrain et la maison à côté de l’église, propriétés de Mey, sont en vente et cherchent des acquéreurs. Dans ce cas, la solution sera peut-être, à nouveau, un projet global. Lors du dernier conseil, nous avons longtemps débattu sur le devenir du fort Champagne, actuellement à l’abandon. L’ensemble du conseil a décidé de mettre en vente le fort et le bois attenants. Si l’une des ventes se réalise, la trésorerie de la commune sera assainie et son fonds de roulement reconstitué. »
Mey est passé sous la barre des 300 habitants au dernier recensement. Qu’allez-vous faire ?
« Nous avons d’ores et déjà pris la décision d’ouvrir une nouvelle zone à la construction. L’enquête publique devrait débuter milieu 2016 et les premiers coups de pioche interviendraient en 2017. Nous voulons une zone d’habitation où la mixité sera le maître mot. Mixité sociale et mixité des constructions
: locataires, propriétaires, maisons individuelles et un petit immeuble collectif. Nous devons offrir un habitat en adéquation avec le monde actuel : familles monoparentales, départ des enfants, seniors, etc.»

« À Nouilly-Vantoux, les frais de scolarité et le périscolaire se sont envolés. »
« Nos enfants sont scolarisés dans la commune de leur choix. À l’école Les Moulins de Nouilly-Vantoux, nous avons eu, un peu tardivement, connaissance de l’augmentation des frais de scolarité à la charge des communes, passés de 450 € à 680 €, soit +51 %. La surprise fut d’autant plus grande que les frais du périscolaire se sont envolés : le déjeuner a augmenté de 17 %, passant de 7,56 € à 10 € (7 € pour les enfants de Nouilly-Vantoux). Il y a pourtant des règles encadrant l’établissement du prix de la restauration scolaire. À défaut d’explications, nous avons demandé aux maires de Nouilly et Vantoux une justification du coût des repas. Sans réponse à ce jour. »

repu 11 octobre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *